Apnée du sommeil

Pour les problèmes liés à l’apnée du sommeil, le Dr. Côté passe un examen puis prononce un diagnostique à la mesure de l’inconfort du patient. En effet, c’est un état dans lequel une personne cesse de respirer durant 10 secondes ou plus, pendant son sommeil, parfois des centaines de fois par nuit. C’est l’une des affections les plus fréquentes chez l’adulte : jusqu’à 5 % des femmes et 15 % des hommes, âgés de 30 à 60 ans.

Dans cette vidéo, le Dr Côté explique les solutions pour l’apnée du sommeil

La plupart de ces personnes ronflent pendant leur sommeil, mais ces deux troubles sont très différents. Les ronflements sont incommodants, mais l’apnée du sommeil peut mettre la vie en danger. Durant une apnée, la concentration d’oxygène dans l’organisme diminue de façon marquée, et celle du gaz carbonique augmente; le cœur doit donc travailler plus fort pour compenser ce déséquilibre. Chaque fois, le cerveau envoie un signal de réveil pour que la personne recommence à respirer. Ces gens n’arrivent jamais à dormir suffisamment.

Lire le récent article sur l’apnée du sommeil du Dr Côté

« Le traitement du ronflement – Pas par n’importe quel professionnel! »

Une fois le diagnostic posé par par un médecin spécialisé, il dirige le patient vers un dentiste ayant des connaissances particulières dans le traitement du ronflement.

Souvent, une prothèse d’avancement mandibulaire (PAM) constitue un excellent choix pour traiter le problème.

Article scientifique

Étude historique en anglais qui compare l’efficacité des différents types de traitements pour l’apnée du sommeil (intitulé « Health Outcomes of CPAP versus Oral Appliance Treatment for Obstructive Sleep Apnea: A Randomised Controlled Trial », 50 pages, recherches colligées par the American Theocratic Society).

Lire l’article en PDF.

L’apnée du sommeil se manifeste sous trois formes

L’apnée obstructive du sommeil (AOS), la forme la plus fréquente, survient lorsque l’air a de la difficulté à atteindre les poumons parce que les voies aériennes sont obstruées. De façon caractéristique, l’AOS se produit en trois phases :

  • Dans un premier temps, les voies aériennes sont partiellement bloquées parce que le tissu mou au fond du pharynx se relâche et pour ensuite se resserrer graduellement sur lui-même, ce qui produit un ronflement très sonore.
  • Ensuite, les voies aériennes sont complètement obstruées et la respiration cesse durant au moins 10 secondes, parfois jusqu’à deux minutes.
  • Enfin, la personne se réveille brièvement (elle s’en souvient rarement) et tente de respirer, émet un grognement ou halète. Après avoir repris son souffle, elle se rendort, et le cycle recommence.

apnee-stade01Normal

Chez un patient normal, l’activité des muscles de la langue et du palais mou garde les voies respiratoires ouvertes durant le sommeil.

apnee-stade03Ronflement

La relaxation de ces muscles entraîne un rétrécissement des voies respiratoires, ce qui peut causer du ronflement et des troubles respiratoires.

apnee-stade02Apnée

Lors d’une relaxation excessive de ces muscles, les voies aériennes s’affaissent, causant une obstruction respiratoire.

L’apnée centrale, une forme rare d’apnée du sommeil, survient lorsque le cerveau n’envoie pas de signaux aux centres nerveux thoraciques pour reprendre une respiration normale pendant le sommeil. Ces personnes se réveillent donc sans cesse pendant la nuit pour reprendre leur respiration.

L’apnée du sommeil mixte associe, comme son nom l’indique, les deux formes précédentes d’apnée. Elle se manifeste d’abord par une apnée centrale qui évolue ensuite vers l’apnée obstructive du sommeil.

Quelles sont les conséquences de l’apnée du sommeil ?

Les irrégularités respiratoires répétitives peuvent causer un sommeil moins réparateur. Cette condition peut engendrer, à long terme, des complications sérieuses pour la santé.

Augmentation du risque de maladies cardiovasculaires telles :

  • Hypertension (de 2-3 fois), angine, arythmie, (de 2-4 fois), infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral.
  • Intolérance au glucose, la résistance à l’insuline et le diabète.
  • Dépression, anxiété.
  • Augmente de 7 fois le risque d’être impliqué dans un accident de la route.
  • Augmentation du risque d’accident de travail.

Source : Association pulmonaire du Québec